Un oeil québécois sur l’Univers au Virage-campus MIL

Le 11 août dernier se tenait la seconde édition de la journée d’astronomie au Virage-campus MIL de l’Université de Montréal. L’événement, intitulé Un oeil québécois sur l’Univers, a attiré plus de 500 personnes entre 15h et 23h.

Apprendre en s’amusant

Dès 15h, les participant-es ont visité les nombreux kiosques, pour apprendre des concepts de base sur l’astronomie tout en s’amusant. Ces kiosques étaient tenus par les astronomes de l’Institut de recherche sur les exoplanètes (iREx), du Centre de recherche en astrophysique du Québec (CRAQ) et du département de physique de l’Université de Montréal, qui organisaient l’événement, et par de nombreux collaborateurs : l’Observatoire du Mont-Mégantic, le Planétarium Rio Tinto Alcan, le Cosmodôme de Laval, Folie Technique et les astronomes amateurs de la Société d’astronomie du Planétarium de Montréal (SAPM). Les visiteurs de tous âges ont aussi appris à “bouger comme un astronaute” et se sont fait maquiller des planètes, nébuleuses et galaxies, grâce aux professionnelles de Cirkazou.

De nombreux prix de participation remis par les Éditions Multimonde et l’ASTROLab du Parc national du Mont-Mégantic ont fait le bonheur de toutes et tous.

Constellation de conférences

Après un bon repas, pris sur place grâce à la présence des traiteurs Guru et Maurín Cuisine, les participant-es ont pu assister à une “constellation de conférences”. L’Observatoire du Mont-Mégantic, un fleuron de l’astronomie québécoise qui célèbre ses 40 ans cette année, était à l’honneur. D’abord, René Racine, professeur émérite à l’Université de Montréal et le premier directeur de l’observatoire, nous a raconté l’établissement de cette incontournable institution de l’astronomie au Québec. Ensuite, Rémi Boucher, animateur à l’ASTROLab du Parc national du Mont-Mégantic, a permis aux participant-es de visiter l’observatoire virtuellement, et a répondu aux nombreuses questions du public. Lison Malo, astronome de support de l’observatoire, et René Doyon, directeur, ont ensuite parlé du rôle de l’observatoire dans la formation des astronomes québécois-es et l’élaboration d’instruments de haut calibre.

 

Des planètes et des étoiles filantes

Dès la tombée de la nuit, les astronomes de la SAPM ont ravi les participant-es en pointant leurs télescopes sur pas moins de quatre planètes qui étaient visibles ce jour-là : Vénus, Jupiter, Saturne et Mars. Une lunette antique, cadeau du maire Camillien Houde au département de physique de l’Université de Montréal et opérée par les astronomes de l’UdeM, a aussi permis l’observation de ces quatre planètes.

En fin de soirée, plusieurs centaines de personnes étaient au rendez-vous pour guetter les étoiles filantes des Perséides. Les plus patientes ont pu en observer jusqu’à une demie-douzaine, malgré la pollution lumineuse qui rend l’observation difficile sur l’île de Montréal. Le quatuor Gypsy Jazz de l’Agence de musique étudiante de l’Université de Montréal a égayé leurs observations.

Source

Marie-Eve Naud
Coordonnatrice scientifique à l’éducation et au rayonnement
Institut de recherche sur les exoplanètes
naud@astro.umontreal.ca

Lien
Lien vers le communiqué de presse de l’Université de Montréal