Trois bourses postdoctorales en astrophysique appliquée à l’étude des exoplanètes à l’iREx (UdeM)

L’Institut de Recherche sur les Exoplanètes (iREx), affilié au Département de physique de l’Université de Montréal, sollicite des candidatures pour trois (3) postes de chercheur(e) postdoctoraux en astrophysique appliquée à l’étude des exoplanètes.

L’équipe de l’iREx est composée d’une quarantaine de chercheurs (professeurs, attachés de recherche et étudiants), principalement de l’Université de Montréal et de l’Université McGill, travaillant tous sur divers programmes de recherche liés à l’étude des exoplanètes et à des domaines connexes de l’astrophysique stellaire. Les chercheurs de l’iREx ont un rôle de leadership dans divers projets d’envergure internationale liés à la détection et à la caractérisation d’exoplanètes, notamment avec le futur télescope spatial James Webb (JWST), les instruments de vitesse radiale de haute précision SPIRou et NIRPS et l’imageur Gemini Planet Imager (GPI).  En outre, les chercheurs de l’iREx ont accès à du temps garanti d’observation avec JWST, SPIRou et NIRPS. Pour plus d’information sur les programmes de recherche de l’iREx, voir le site web de l’institut.

  • Un (1) poste est disponible pour la Bourse postdoctorale Trottier. Son(sa) récipiendaire pourra mener les projets de recherche de son choix dans les domaines liés à l’étude des exoplanètes. Les candidat(e)s de toutes les spécialités seront considéré(e)s, mais la priorité sera accordée à ceux(celles) dont les programmes de recherche et l’expertise sont alignés avec les programmes scientifiques de SPIRou et NIRPS.
  • Les deux (2) autres postes sont financés par l’Agence Spatiale Canadienne. Les récipiendaires se joindront à l’équipe de l’instrument NIRISS du télescope spatial James Webb afin de contribuer à la réduction de données, à l’analyse et à la publication du programme de 200 heures de temps garanti dédié à la spectroscopie de transit. Une grande variété d’exoplanètes en orbite autour d’étoiles proches de faible masse seront étudiées, des Jupiters chauds aux petites exoplanètes rocheuses.

Un doctorat en physique, astronomie ou discipline reliée est requis à la date d’entrée en fonction, qui est prévue entre mai 2018 et septembre 2018. Les trois postes sont pour une durée de deux ans, renouvelable pour une troisième année selon les performances et la disponibilité des fonds. Une préférence sera donnée aux candidat(e)s qui ont terminé leur PhD dans les 3 dernières années.

Les candidat(e)s intéressé(e)s doivent remplir le formulaire en ligne et y téléverser leur document de candidature incluant une lettre de présentation, un curriculum vitae, une liste de publications et un énoncé d’intérêt de recherche de maximum 2 pages dans un seul fichier pdf. Ils doivent aussi demander à trois personnes de faire parvenir une lettre de recommandation à l’adresse suivante : irex@astro.umontreal.ca. Tous les documents doivent être reçus avant le 1er novembre 2017.

L’Université de Montréal prône l’inclusion, la diversité et l’équité en emploi. Nous invitons les femmes, les membres des minorités visibles et ethniques, les Autochtones, les personnes handicapées, de même que les personnes de toutes orientations et identités sexuelles à présenter leur candidature.

Avantages sociaux : 

Les chercheur(e)s postdoctoraux de l’iREx à l’UdeM jouissent de nombreux avantages sociaux, tels que décrits sur le site de la Faculté des études supérieures et postdoctorales de l’Université de Montréal.