TESS termine sa première mission

Le satellite spatial de la NASA TESS (pour Transiting Exoplanet Survey Satellite) a terminé en juillet dernier sa première mission, après deux ans d’observations continues du ciel.

Représentation du télescope spatial TESS. Crédit : NASA’s Goddard Space Flight Center.

Ce télescope, qui a débuté ses observations en juillet 2018, est, à l’instar de son prédécesseur Kepler, un redoutable chasseur d’exoplanètes. Cette première mission de deux ans lui a permis de confirmer 66 nouvelles exoplanètes et d’identifier près de 2100 nouvelles exoplanètes candidates.

TESS exploite la même technique de détection que Kepler, la méthode de transit, qui consiste à repérer la diminution de luminosité périodique d’une étoile lorsqu’une planète passe devant celle-ci. Contrairement à Kepler, qui s’est concentré sur une toute petite portion du ciel, TESS a observé plus de 75% du ciel. Les exoplanètes détectées ont l’avantage d’être autour d’étoiles assez près – en termes astronomiques – du Soleil.

Parmi les découvertes importantes de cette première mission, il y a la découverte d’une planète autour de la jeune étoile AU Mic, à laquelle notre ancien chercheur postdoctoral Jonathan Gagné a contribué.

Une autre découverte notable, d’intérêt pour le grand public mais aussi pour les chercheuses et chercheurs de l’iREx, est la découverte de TOI 700 d, une exoplanète rocheuse dans la zone tempérée (ou habitable) de son étoile, c’est-à-dire là où l’eau, s’il y en avait, pourrait être sous forme liquide.

Une exoplanète de la taille de Neptune a été détectée en orbite autour d’une étoile binaire, et une autre, potentiellement rocheuse, autour d’une étoile qui appartient à un système d’étoile triple, à seulement 22,5 années-lumière de la Terre.

Représentation artistique de la planète LTT 1445 A b, qui se trouve autour de l’étoile LTT 1445 A. Cette étoile appartient à un système triple qui comprend deux autres étoiles, que l’on voit dans le coin supérieur droit de l’image. Crédit : ESO/M. Kornmesser.

Plusieurs des exoplanètes confirmées et candidates de TESS sont présentement à l’étude par des chercheuses et chercheurs de l’iREx, qui utilisent d’autres télescopes comme le spectropolarimètre SPIRou pour en apprendre plus sur leur nature et leur composition. Plusieurs sont aussi sur les listes de planètes qui seront observées en priorité avec le futur télescope spatial James Webb, qui sera lancé en octobre 2021.

Après avoir observé le ciel de l’hémisphère sud pendant la première année, et le ciel de l’hémisphère nord pendant la deuxième, le télescope TESS passe à la deuxième phase de sa mission, qui se terminera en septembre 2022. Il poursuivra ses opérations en recommençant à sonder les deux hémisphères successivement.

Cette vidéo, en anglais, présente quelques-unes des découvertes marquantes de TESS. Crédit : NASA’s Goddard Space Flight Center.

Pour en savoir plus