Un futur observatoire spatial nommé en l’honneur d’une pionnière de la NASA, Nancy Grace Roman

Le 20 mai dernier, la NASA a annoncé que le télescope spatial connu sous le nom de WFIRST (pour Wide Field Infrared Survey Telescope) sera renommé pour souligner l’ampleur des contributions de l’Américaine Nancy Grace Roman à l’astrophysiqueLe télescope spatial Nancy Grace Roman, ou plus simplement le télescope spatial Roman, étudiera l’Univers dans le domaine de la lumière infrarouge, en accordant une attention particulière aux domaines des exoplanètes et de la cosmologie.

Représentation artistique du télescope Roman. Crédit : NASA.

Qui est Nancy Grace Roman? 

Nancy Grace Roman est une astrophysicienne américaine spécialiste de l’astronomie stellaire et de l’étude du mouvement des étoiles. Née en 1925 à Nashville, elle a complété ses études doctorales à l’Université de Chicago en 1949, une époque où encore peu de femmes se consacraient à la recherche scientifique 

Nancy Grace Roman dans son bureau à la NASA dans les années 1960. Crédit : NASA.

En 1959, elle se joint à la NASA, qui à ce moment était une toute jeune organisation. Elle y est responsable de l’astronomie observationnelle. En 1960, elle devient la directrice du volet astronomie dans le bureau des sciences spatiales et du même coup la première femme à détenir un poste de direction à la NASA.  

Elle a dédié sa carrière à la création d’observatoires spatiaux, travaillant à convaincre la NASA et le Congrès américain de l’importance de l’astronomie spatiale. On la surnomme d’ailleurs la mère du télescope spatial Hubble.  

Le télescope spatial Roman 

Le télescope Roman est optimisé pour étudier le domaine de la lumière infrarouge, une lumière qui est invisible aux yeux humains, mais qui permet de voir au travers des nuages de poussière cosmique. Doté d’un miroir de 2,4 mètres, comme le télescope spatial Hubble, il aura un champ de vue 100 fois plus grand que ce dernier, ce qui lui permettra d’observer de plus grandes régions du ciel 

Le télescope Roman aura un champ de vue 100 fois plus grand que celui de Hubble. Crédit : NASA.

Le projet de la NASA, proposé au début des années 2010 et en développement depuis 2016, sera lancé au milieu des années 2020. Il sera en orbite autour du point de Lagrange 2, à 1,5 million de kilomètres de la Terre, où se trouvera aussi le futur télescope spatial James Webb.

Avec deux instruments à bordle télescope Roman contribuera à de multiples domaines de l’astrophysiqueen étudiant entre autres l’expansion de l’Universl’énergie sombre et les exoplanètes.  

 

À l’Institut de recherche sur les exoplanètes 

Les chercheuses et chercheurs de l’iREx sont impatients de voir le télescope Roman en action, puisqu’il permettra entre autres la découverte de nouvelles exoplanètes. Équipé d’un système coronographique nouveau genre, il pourra chercher et imager des planètes géantes gazeuses. 

Il sera aussi un allié important du télescope spatial James Webb, dont le lancement est prévu en 2021. En effet, son grand champ de vue permettra de découvrir une multitude d’objets intéressants qui pourront ensuite être étudiés plus en détail par ce dernier 

Tous les membres de l’iREx se réjouissent que ce futur observatoire spatial soit nommé en l’honneur de Nancy Grace Roman. Ils reconnaissent son rôle de pionnière, elle qui a permis des percées dans de nombreux sujets d’étude, y compris celui des exoplanètes. Dès 1959, soit près de quatre décennies avant la détection de la première exoplanète, elle rédigeait un article portant sur les planètes autour d’autres étoiles, et la possibilité de les trouvergrâce à un télescope spatial!  

Pour en savoir plus