Plus de 50 participants à l’école d’été du CRAQ 2017

Les participants réunis devant le Planétarium Rio Tinto de Montréal. Crédit: Étienne Artigau

Du 12 au 14 juin 2017, les étudiants et les chercheurs de l’iREx ont participé à une école d’été organisée par le Centre de Recherche en Astrophysique du Québec (CRAQ). L’école d’été du CRAQ, qui a lieu chaque année et porte chaque fois sur des sujets différents, s’adresse aux étudiants aux cycles supérieurs en astronomie et en astrophysique ainsi qu’aux étudiants en dernière année au baccalauréat en physique. Cette année, l’école portait sur l’atmosphère des exoplanètes. Plus de 50 étudiants québécois et d’un peu partout dans le monde ont assisté aux cours, qui étaient donnés par des experts locaux et internationaux.

La première journée avait lieu au Planétarium Rio Tinto de Montréal. En avant-midi, les animateurs du planétarium se sont joints aux étudiants pour assister au cours « Exoplanet 101 »  de René Doyon et de David Lafrenière, tous deux professeurs à l’Université de Montréal et chercheurs de l’iREx. Ce cours se voulait un survol de l’état de la recherche sur les exoplanètes, allant des types d’exoplanètes jusqu’aux phénomènes de base y étant rattachés. Différentes méthodes permettant de détecter des exoplanètes ont aussi été présentées. Nicolas Cowan, aussi chercheur à l’iREx et professeur à l’Université McGill, a ensuite présenté, en après-midi, les concepts de base sur les atmosphères d’exoplanètes ainsi que les modèles de bilan d’énergie.

David Lafrenière, de l’iREx, explique le concept de température d’équilibre aux participants et aux animateurs du Planétarium, lundi matin.

Mardi, à l’Université de Montréal, les étudiants ont assisté, en avant-midi, au cours d’Eliza Kempton (Grinnell College), qui a présenté les bases du transfert radiatif ainsi que les principes physiques influençant le parcours de la lumière d’une étoile hôte à travers l’atmosphère de son exoplanète. En après-midi, Yi Huang du Département des sciences atmosphériques et océaniques de McGill a présenté un cours avancé sur l’impact des nuages dans l’atmosphère d’une planète comme la Terre.

Lors de la troisième et dernière journée, Michael Line (Arizona State University) a permis aux étudiants d’expérimenter avec un code qui simulait les paramètres physiques dans les atmosphères des exoplanètes. En après-midi, Nikole Lewis (Space Telescope Science Institute) a discuté des différents phénomènes physiques présents dans l’atmosphère de la Terre, principalement la circulation atmosphérique. Elle a ensuite montré comment ces phénomènes se manifestent dans les atmosphères d’exoplanètes de type Jupiter chaude.

Plusieurs étudiants de l’iREx ont ensuite assisté à l’atelier d’été du programme CREATE Technologies for Exo-Planetary Science (TEPS), aussi organisé à l’Université de Montréal, et qui rassemblait plusieurs dizaines d’étudiants et de chercheurs qui proviennent des universités partenaires du programme. Une conférence grand public intitulée “Rocks, Ice and Penguins” a été présentée à l’occasion de cet atelier, le 15 juin en soirée. Le professeur Ray Jayawardhana de York University a parlé de la collecte de météorites qu’il a faite en Antarctique il y a quelques années, et de ce que cette expérience lui a apporté en tant que chercheur dans le domaine des exoplanètes.