Nouveaux postes à la maîtrise et au doctorat en science des exoplanètes

Nous sommes heureux d’annoncer de nouveaux postes pour étudiants à la maitrise (MSc) ou au doctorat (PhD) dans le domaine de la science des exoplanètes à l’Institut de recherche sur les exoplanètes (iREx), à l’Université de Montréal ou dans les autres universités d’attache des professeurs de l’iREx (McGill, Bishop’s), pour commencer au printemps ou à l’automne 2018.

Les étudiants pourront travailler sur différents sujets à la maitrise ou au doctorat :

  • Recherche de planètes autour d’étoiles proches avec la mission TESS de la NASA (MSc ou PhD, Björn Benneke, Université de Montréal)
  • Caractérisation initiale de nouvelles planètes pour étude approfondie avec le télescope spatial James Webb (MSc, Björn Benneke, Université de Montréal)
  • Spectroscopie de transit pour l’étude d’exoplanètes avec le télescope spatial James Webb (MSc ou PhD, René Doyon, Université de Montréal)
  • Détection et caractérisation d’exoplanètes grâce à la technique de vélocimétrie haute précision avec SPIRou (MSc ou PhD, René Doyon, Université de Montréal)
  • Recherche et caractérisation d’étoiles jeunes proches (MSc, René Doyon, Université de Montréal)
  • Développement d’un mode de lecture haute efficacité pour l’instrument NIRISS sur le télescope spatial James Webb (MSc, René Doyon, Université de Montréal)
  • Développement d’un spectrographe échelle optique stabilisé pour l’Observatoire du Mont Mégantic (MSc ou PhD, René Doyon, Université de Montréal)
  • Étude des atmosphères d’exoplanètes avec de la spectroscopie grande dispersion sur SPIRou/NIRPS (MSc ou PhD, David Lafrenière, Université de Montréal)
  • Spectroscopie de transit d’exoplanètes avec NIRISS sur le télescope spatial James Webb (MSc ou PhD, David Lafrenière, Université de Montréal)
  • Recherche et confirmation d’exoplanètes par la méthode de vitesse radiale avec  SPIRou/NIRPS  (MSc ou PhD, David Lafrenière, Université de Montréal)
  • Caractérisation des surfaces et des atmosphères d’exoplanètes (MSc ou PhD, Nicolas Cowan, McGill)
  • Études théoriques du rôle des champs magnétiques dans les écoulements atmosphériques des Jupiters chauds (MSc ou PhD, Andrew Cumming, McGill)
  • Études théoriques des premières étapes de la formation des géantes gazeuses, incluant les gradients de composition (MSc ou PhD, Andrew Cumming, McGill)
  • Découverte et caractérisation d’exoplanètes grâce à des observations prises au sol et dans l’espace avec par exemple K2, TESS, le TCFH ou Gemini (MSc, Jason Rowe, Bishop’s)
  • Architecture et dynamique de systèmes à plusieurs planètes (MSc, Jason Rowe, Bishop’s)
  • Structure et évolution stellaire avec la mission BRITE (MSc, Jason Rowe, Bishop’s)
  • Développement de futures missions en astronomie spatiale  (MSc, Jason Rowe, Bishop’s)

D’autres sujets sont possibles, veuillez discuter avec le(s) professeur(s) qui étudient le domaine de recherche en question.

 

Les applicant.e.s doivent avoir un baccalauréat en physique ou discipline connexe pour être admissibles à la maîtrise, et une maîtrise en physique ou discipline connexe pour être admissibles au doctorat.

Les applicant.e.s intéressé.e.s doivent contacter directement les professeurs responsables des projets qui les intéressent par courriel avant le 25 septembre 2017. Pour plus d’information sur les travaux des professeurs et pour leurs coordonnées, veuillez consulter leurs pages : www.exoplanetes.umontreal.ca/equipe/professeurs.

L’équipe de l’iREx est composée d’une quarantaine de chercheurs (professeurs, attachés de recherche et étudiants), principalement de l’Université de Montréal et de l’Université McGill, travaillant tous sur divers programmes de recherche liés à l’étude des exoplanètes et à des domaines connexes de l’astrophysique stellaire. Les chercheurs de l’iREx ont un rôle de leadership dans divers projets d’envergure internationale liés à la détection et à la caractérisation d’exoplanètes, notamment avec le futur télescope spatial James Webb (JWST), les instruments de vitesse radiale de haute précision SPIRou et NIRPS et Gemini Planet Imager (GPI).  En outre, les chercheurs de l’iREx ont accès à du temps garanti d’observation avec JWST, SPIRou et NIRPS. Pour plus d’information sur les programmes de recherche de l’iREx, voir le site web de l’institut.

Les langues de travail à l’iREx sont le français et l’anglais. L’Université de Montréal est une institution francophone. Du support sera fourni pour l’apprentissage du français, si nécessaire. Plusieurs possibilités de financement sont possibles, veuillez en discuter avec les professeurs concernés.

L’iREx prône la diversité, l’inclusion et l’équité en emploi. Nous invitons les femmes, les membres des minorités visibles et ethniques, les Autochtones et les personnes handicapées, de même que les personnes de toutes orientations et identités sexuelles à présenter leur candidature.

Pour plus d’information sur l’iREx, contactez Marie-Eve Naud, coordonnatrice scientifique de l’iREx : naud@astro.umontreal.ca.

Admission aux programmes d’études supérieures

Vous pouvez aussi contactez Sophie Tremblay, Technicienne en gestion des dossiers étudiants des cycles supérieurs : sophie.tremblay.2@umontreal.ca,

  • Pour le processus d’admission aux études supérieures en physique à McGill, voir le site d’admission du département de physique (date limite de dépôt d’une demande pour admission à l’automne 2018 : 15 janvier 2018)
  • Pour le processus d’admission aux études supérieures en physique à Bishop’s, voir la page d’information sur le site du département (pas de date limite de dépôt formelle, mais pour être considéré pour septembre 2018, les étudiants sont encouragés à déposer leur candidature avant le 1er mai 2018)