Méthode de l’imagerie directe

Il est possible de prendre une photo d’une exoplanète si l’on réussit à bloquer la lumière aveuglante de son étoile ou si la planète est très loin de son étoile.

Réussir à prendre une photo d’une exoplanète est tout un exploit. Les exoplanètes et leurs étoiles sont très loin de nous et les planètes sont des millions de fois moins brillantes que leurs étoiles. En effet, les étoiles produisent une lumière aveuglante qui noie la planète dans une image. C’est comme essayer de voir une puce sur une ampoule allumée.

Pour réussir à voir une planète, il faut pouvoir bloquer la lumière qui provient de l’étoile. La lumière de l’étoile peut être bloquée en employant un coronographe, c’est-à-dire un masque installé à l’intérieur du télescope. C’est la technique qui est utilisée par plusieurs télescopes au sol, ainsi que par le télescope spatial James Webb. Les planètes qui sont très grosses, très jeunes et très éloignées de leur étoile sont plus facile à capter en image.

La vidéo ci-bas présente des images de l’étoile HR8799 et de ces 4 planètes. Trois planètes de ce système stellaire ont été découvertes en 2008, et la quatrième planète a été mise à jour peu de temps ensuite. Il s’agit de la première image de plusieurs planètes autour d’une étoile!

Toutes les autres méthodes de détection sont des méthodes dites indirectes. Elles mesurent l’effet qu’une planète peut avoir sur son étoile, sans jamais voir la planète. La méthode d’imagerie est la seule méthode directe puisqu’elle permet de directement prendre une photographie la planète.

René Doyon et David Lafrenière, professeurs à l’iREx, sont des pionniers de la méthode d’imagerie directe et ils ont fait partie de l’équipe ayant mené à la découverte des quatre planètes autour de HR8799.