Le financement de l’Observatoire du Mont-Mégantic assuré pour cinq ans

Les gouvernements fédéral et provincial ont annoncé leur engagement respectif à accorder un financement sur cinq ans à l’Observatoire du Mont-Mégantic.

Alors qu’une pluie d’étoiles filantes est attendue dans les prochains jours, une excellente nouvelle attendait les partenaires de l’Observatoire du Mont-Mégantic, le financement de cet important pôle de recherche étant désormais assuré pour les cinq prochaines années

La députée de Compton-Stanstead et ministre du Développement international, Marie-Claude Bibeau, et le député de D’Arcy McGee et adjoint parlementaire de la ministre responsable de l’Enseignement supérieur, David Birnbaum, en ont fait l’annonce aujourd’hui, en compagnie du recteur de l’Université de Montréal, Guy Breton, de la vice-rectrice à la recherche, à la création et à l’innovation de l’Université Laval, Eugénie Brouillet, du directeur de l’Observatoire et professeur de l’UdeM, René Doyon, ainsi que du préfet du Haut Saint-François, Robert G. Roy.

Le gouvernement fédéral a confirmé un financement de 500 000 $ par année pour les cinq prochaines années, alors que le gouvernement provincial ajoute un montant de 300 000 $ par an, pour la même période. L’Observatoire du Mont-Mégantic, qui souligne cette année son 40e anniversaire, est issu d’un partenariat entre l’Université de Montréal et l’Université Laval.

L’Observatoire est un lieu de recherche et de formation unique : c’est le seul endroit au Canada où l’on peut former les futurs astronomes et astrophysiciens avec un télescope, ce télescope est d’ailleurs le plus performant au pays. Les chercheurs y développent également des instruments astronomiques d’avant-garde. À titre d’exemple, l’un des quatre instruments scientifiques du télescope spatial James Webb, qui sera lancé par la NASA en 2020, a été conçu à l’Observatoire, en collaboration avec l’Agence Spatiale Canadienne, les industries canadiennes et le Conseil national de recherches Canada.

« Pour le Canada tout entier, cet observatoire est une clé qui donne accès à l’espace. C’est l’un des tickets que nous avons pour continuer de participer à l’exploration spatiale en tant que nation », déclare Guy Breton, recteur de l’UdeM.

« Ce financement sur cinq ans reconnait le caractère national et international de l’OMM; il permettra aux astrophysiciens québécois et canadiens de se maintenir dans le peloton de tête de l’astrophysique sur la scène internationale », ajoute René Doyon, directeur de l’Observatoire,  professeur au Département de physique de l’UdeM et directeur de l’Institut de recherche sur les exoplanètes.

À propos de l’OMM

L’Observatoire du Mont-Mégantic (OMM) est l’un des plus importants centres d’astrophysique expérimentale au Canada et le seul sur la côte Est de l’Amérique du Nord.

Ses principales missions sont la formation du personnel hautement qualifié, le développement technologique et la diffusion de la culture scientifique auprès du grand public.

 

L’OMM en bref :

  • Budget annuel d’opération de l’OMM : $1.5M.
  • Budget annuel d’opération de l’OMM : $1.5M.
  • Son infrastructure comprend un télescope de 1.6m construit au sommet du Mont Mégantic et un laboratoire d’astrophysique expérimentale d’envergure internationale.
  • L’OMM est l’une des principales plateformes de formation avancée en astrophysique au Canada (MSc, PhD et postdoctoral).
  • L’expertise des astrophysiciens formés au sein de l’OMM est très prisée. Ils œuvrent mondialement dans tous les secteurs de la société et dans les grands télescopes.
  • L’OMM a participé à la découverte historique de 2008, soit l’obtention des premières images d’un système planétaire à l’extérieur du système solaire.
  • Important concepteur d’instruments d’avant-garde pour les télescopes optiques et infrarouges outremer.
  • Pivot du développement de plusieurs infrastructures scientifiques d’envergure internationale, incluant la contribution canadienne de 200M$ au télescope spatial James Webb (JWST) mené par la NASA.
  • Collaborateur privilégié de l’Institut Herzberg astronomie et astrophysique du Conseil national de recherche du Canada à Victoria (C-B.).
  • Fier partenaire des agences spatiales, canadienne, américaine et européenne, de même que de plusieurs grandes universités et institutions de recherche aux États-Unis et en Europe.
  • Pierre d’assise de la création de l’Institut de Recherche sur les Exoplanètes (iREx) en 2015, un regroupement de plus de 40 spécialistes et étudiants de l’UdeM, McGill, Laval et Bishop’s (plus de $2M en dons philanthropiques).
  • L’OMM et l’iREx positionnent le Québec parmi les leadeurs mondiaux de cette grande quête de l’humanité qu’est la recherche de la vie à l’extérieur du système solaire.
  • Collaboration étroite avec le secteur privé conduisant à la création d’entreprises telles que Photon Etc. et Nüvü Camera.
  • Plus de 20 000 visiteurs (dont beaucoup d’écoliers) dans ses installations chaque année.
  • Génère des retombées économiques annuelles de plusieurs millions de dollars dans la grande région du Lac Mégantic en tourisme et dans le milieu industriel.
  • Création de la première Réserve mondiale de ciel étoilé attestée en 2007 par l’International Dark Sky Association. Près de 40 municipalités avoisinantes se mobilisent pour freiner la pollution lumineuse et se doter d’une identité régionale

Relations avec les médias

Jeff Heinrich
Université de Montréal
Tél: 514 343-7593
Courriel : jeff.heinrich@umontreal.ca