Julien Rameau

Stagiaire postdoctoral à l’Université de Montréal, équipes James Webb et GPI

La plupart des exoplanètes connues à ce jour ont été détectées par des méthodes indirectes autour d’étoiles de la séquence principale. Ces techniques sont cependant restreintes aux régions les plus internes des systèmes planétaires et permettent difficilement d’accéder à l’atmosphère de ces planètes. Julien Rameau s’intéresse à l’imagerie directe, la seule technique capable de sonder les parties externes des systèmes, d’avoir accès directement à la lumière émise par les planètes et d’étudier leurs propriétés lorsqu’elles sont jeunes, juste formées, et donc chaudes et brillantes dans l’infrarouge. C’est également une technique capable d’étudier l’interaction entre les planètes géantes et leur environnent (ceintures de poussières).

Julien Rameau a obtenu son doctorat en astrophysique à l’université de Grenoble en 2014. Son projet de thèse portait sur la caractérisation de la population planètes géantes à grandes séparations. Grâce à des observations en imagerie directe assistée par optique adaptative avec l’instrument NaCo sur le VLT, il a découvert une planète géante de faible masse autour d’une étoile jeune qui possède également des ceintures d’astéroïdes, HD 95086. HD 95086 b possède des propriétés particulières qui en font un objet important pour comprendre la physique des planètes géantes. Un programme d’observations à grande échelle a également permis d’étudier les propriétés statistiques des planètes géantes à grandes séparations afin de déterminer leur fréquence et leur correspondance avec les modèles de formation planétaires. Julien Rameau s’intéresse également à l’analyse approfondie de modes d’observations toujours plus complexes afin d’exploiter au maximum les données obtenues, et ce, de manière non biaisée.

A l’Université de Montréal en tant que post-doctorant, Julien Rameau travaille sur l’exploitation de l’instrument de nouvelle génération GPI sur le télescope Gemini Sud, depuis les observations, la réduction des données et l’analyse globale de grands relevés. Grâce à de meilleures performances en terme de séparation angulaire et de sensibilité, GPI permet d’explorer les parties internes des systèmes pour détecter de nouvelles planètes géantes. Ses performances permettent également de caractériser les propriétés atmosphériques de ces planètes grâce à la spectroscopie basse résolution. Ses nouvelles capacités ouvrent la voie à une augmentation du nombre des planètes directement imagées et une amélioration de nos connaissances sur leurs propriétés physico-chimiques. Il sera alors possible de réaliser des études statistiques plus larges pour contraindre les propriétés globales de la population de planètes géantes afin de comprendre leurs modes de formation et d’évolution.

Anciens étudiants
Coordonnées

Téléphone : 514-343-6111 x7077
Courriel : rameau@astro.umontreal.ca
Bureau : Pavillon Roger-Gaudry, B-438

Liens