Instrumentation

L’observation astronomique est tributaire des développements instrumentaux. La découverte de la 1re exoplanète autour d’une étoile, 55 Pegasi, est, par exemple, venue à la suite du développement de spectrographes ultra stables permettant de déceler les petites perturbations de la planète sur son étoile.

L’équipe de l’Institut a conçu et développé plusieurs instruments, principalement pour l’observation dans l’infrarouge (MONICA, CPAPIR, SIMON, WIRCAM, TRIDENT, CFHTIR). Elle participe présentement au développement de 3 instruments :

  • NIRISS : il s’agit d’un des 4 instruments à bord du télescope spatial JWST qui entrera en marche en 2018.
  • SPIRou : un spectrographe permettant la détection de planètes de la taille de la Terre autour des étoiles les plus froides du voisinage solaire. SPIROU sera mis en service au télescope CFHT en 2017.
  • NIRPS: un spectrographe similaire à SPIRou, qui sera installé sur le télescope de 3,6m de l’ESO au Chili en 2019.
  • PESTO : un instrument servant à la détection de lunes autour de planètes géantes. Cet instrument sera mis en service à l’OMM en 2014.

Parallèlement à ces développements, les chercheurs de l’Institut continuent d’utiliser plusieurs instruments existants, dont  le spectrographe SIMON et la caméra à grand champ CPAPIR, tous deux en utilisation à l’observatoire du Mont-Mégantic. Ces 2 instruments ont été conçus à l’occasion des thèses de doctorat de Loïc Albert et d’Étienne Artigau. Ils ont entrepris leur opération en 2004 et 2006 respectivement et celles-ci sont continuellement mises à jour par l’équipe de l’Institut.